Les Extatiques 2022

Les Extatiques à Paris La Défense

Les Extatiques 2022 visuel dossier

Pour cette 5e édition des Extatiques, neuf artistes investissent l’esplanade de La Défense, du bassin Takis à la Fontaine Agam, pour vous faire percevoir le vivant qui nous entoure.

Exposition gratuite dans l’espace public (Esplanade de La Défense), ouverte tous les jours.

Les artistes de la programmation

  1. JAN KOPP – Les Chercheuses de l’air
  2. MARCUS COATES – Nature Calendar
  3. MIREILLE FULPIUS – Porte à Faux II
  4. ELSA TOMKOWIAK - OUT/Codalema (les rayons)
  5. UGO SCHIAVI - Soulèvement-Effondrement
  6. FRANCK GERARD - Drôles de solitudes
  7. ABRAHAM POINCHEVAL - Le chevalier errant, l’homme sans ici
  8. COLOCO - Jardin faisant
  9. GLORIA FRIEDMANN - Les Ancêtres du Futur
Les Extatiques 2022 - plan localisation des œuvres côté Paris La Défense

Les Extatiques 2022 - plan de localisation des œuvres côté Paris La Défense

1. JAN KOPP – Les Chercheuses de l’air, 2022

Jan Kopp, Les chercheuses de l’air, dessin 2022, Courtesy Jan Kopp © ADAGP

Jan Kopp, Les chercheuses de l’air, dessin 2022, Courtesy Jan Kopp © ADAGP

JAN KOPP

Né en 1970. Vit et travaille à Lyon.

Jan Kopp est un artiste polymorphe. Son travail se déploie aussi bien à travers de vastes installations que sous des formes plus discrètes comme du crayon sur papier. Ses œuvres sont souvent réalisées in situ, impliquant une attention particulière à la situation, et ouvrant vers un usage et une transformation de ce qui est présent. La ville est un thème récurrent, autant comme lieu possible d’interventions que d’observations pour en déceler et figurer les plus infimes signes poétiques.

L’œuvre pour Paris La Défense

L’artiste investit le bassin Takis avec une installation pensée spécifiquement pour cet espace. Le bassin se transforme, le temps de l’édition, en un organisme vivant qui, au gré d’une partition aléatoire, s’éveille, vrombit et respire. Des bulles et bouillonnements de tailles variables se forment à la surface de l’eau, comme autant d’îles éphémères régies par un système d’air invisible. Elles narguent les promeneurs par leurs présences incontrôlables qui semblent tout droit sorties d’un univers fantastique.

Les chercheuses de l’air, 2022
Système d’air comprimé

2. MARCUS COATES – Nature Calendar, 2022

Marcus Coates, Nature Calendar, projet pour Les Extatiques 2022 © Agence Eva Albarran

Marcus Coates, Nature Calendar, projet pour Les Extatiques 2022 © Agence Eva Albarran

MARCUS COATES

Né en 1968. Vit et travaille à Londres.

Une grande partie du travail de Marcus Coates se concentre sur les environnements naturels et leurs manifestations dans notre imaginaire. Pour lui, la manière dont nous expérimentons le monde naturel est fondamentale dans nos attitudes et prises de décision envers toute forme de vie. Son travail cherche à tester les perceptions qui façonnent nos perspectives culturelles, au détriment d’autres espèces. L’artiste a pour habitude de collaborer avec des personnes issues d’un large éventail de disciplines comme des anthropologues, ornithologues, preneurs de son de la faune, chorégraphes, politiciens, psychiatres, consultants en soins palliatifs, musiciens, ou encore primatologues.

L’œuvre pour Paris La Défense

L’artiste britannique réactive une pièce emblématique intitulée « Nature Calendar ». Ce « calendrier de la nature » compile, grâce à la collaboration de chercheurs, de naturalistes amateurs et de projets citoyens, les actualités de la biodiversité qui se produisent à Paris et ses environs pendant les trois mois de l’édition. Dans une volonté de détourner le principe de la news et le mobilier urbain existant, l’artiste diffuse ces actualités sur les écrans publicitaires et informatifs comme de véritables informations en temps réel, transformant ainsi les événements naturels locaux en de véritables nouvelles essentielles à la compréhension de notre monde.

Nature Calendar, 2022
Textes diffusés sur mobiliers urbains digitaux

3. MIREILLE FULPIUS – Porte à Faux II, 2022

Mireille Fulpius en collaboration avec Sylvie Bourcy, Porte à faux II, 2022 © Mireille Fulpius © ADAGP 2022

Mireille Fulpius en collaboration avec Sylvie Bourcy, Porte à faux II, 2022 © Mireille Fulpius © ADAGP 2022

MIREILLE FULPIUS

Née en 1951. Vit et travaille à Seyssel.

Artiste plasticienne franco-suisse, Mireille Fulpius apprend tôt à considérer la nature. Peut-être est-ce là, dans cette insatiable curiosité de la vie, qu’on trouve le point de départ de ce qui deviendra son activité essentielle : la sculpture. Libre exploratrice, elle alterne les matériaux – métal, bois et papier – ainsi que les techniques, occupant l’espace dedans/dehors via la création de sculptures, d’installations et d’estampages. Mireille Fulpius commence vers la fin des années 90 à collaborer avec Sylvie Bourcy à la création d’œuvres paysagères pensées à l’échelle des sites.

L’œuvre pour Paris La Défense

Mireille Fulpius, en collaboration avec Sylvie Bourcy, reproduit l’installation Porte à Faux dans le contexte particulier de l’esplanade de La Défense. Jouant avec la perspective de l’espace, cette installation crée une traverse, comme une nouvelle percée, à l’intérieur de l’axe emblématique de La Défense, offrant un point de vue désaxé et nouveau sur l’espace environnant.

Porte à faux II, 2022
Bois et fer

4. ELSA TOMKOWIAK – OUT/Codalema (les rayons), 2022

Elsa Tomkowiak, Projet pour Les Extatiques 2022 © Elsa Tomkowiak

Elsa Tomkowiak, Projet pour Les Extatiques 2022 © Elsa Tomkowiak

ELSA TOMKOWIAK

Née en 1981. Vit et travaille à Douarnenez.

Les œuvres d'Elsa Tomkowiak s'offrent comme des dispositifs à expérimenter, des volumes à traverser. Estompant les limites entre peinture et sculpture, l'artiste déploie ses gammes colorées dans l'espace. Ses installations mettent en scène de savantes collisions de couleurs franches et saturées. L'énergie de ses gestes et des outils qui les prolongent (brosses, balais...) est d'autant plus perceptible qu'elle est souvent révélée par des matériaux transparents qui laissent la lumière les traverser.

L’œuvre pour Paris La Défense

Elsa Tomkowiak investit l’ensemble des contres marches de l’esplanade de La Défense en y déployant le spectre lumineux dans le paysage. Les couleurs accompagnent le spectateur dans sa déambulation et invitent à une expérience chromatique magique et changeante.

OUT/ Codamela (les rayons), 2022
Vinyle, peinture

5. UGO SCHIAVI - Soulèvement-Effondrement, 2022

Ugo Schiavi, Nuit Blanche 2018, Courtesy Double V Gallery Crédit Willam Gaye © ADAGP 2022

Ugo Schiavi, Nuit Blanche 2018, Courtesy Double V Gallery Crédit Willam Gaye © ADAGP 2022

UGO SCHIAVI

Né en 1987. Vit et travaille à Marseille.

Les sculptures d'Ugo Schiavi se présentent comme des fragments de corps érodés par le temps, destinés à une archéologie du futur. En restant fidèle à sa pratique du prélèvement et de la capture du monde extérieur, l’artiste produit des télescopages de temporalité et de civilisation, allant de la culture antique à celle de la surproduction industrielle. Il conçoit des êtres hybrides : sortes de chimères composites formées d’objets et de matériaux hétérogènes, comme jaillis de l’inconscient de nos sociétés post-industrielles.

L’œuvre pour Paris La Défense

Ugo Schiavi réactualise son projet monumental, produit lors de la Nuit Blanche de 2018. L’œuvre Soulèvement-Effondrement est un moulage du génie de la République, issu du groupe sculpté Le triomphe de la République de Jules Dalou situé sur la place de la Nation, auquel s’ajoutent d’autres éléments sculpturaux contemporains dans une forme d’anachronisme recherché. Ces fragments sculpturaux renversés se répandent sur la place Moretti de l’esplanade de La Défense à la manière d’une ruine contemporaine envahie par la végétation.

Soulèvement-Effondrement, 2018-2022
Résine, terre, végétaux, structure acier

6. FRANCK GERARD - Drôles de solitudes, 2022

Franck Gérard, Drôles de solitudes, 2022 © Franck Gérard 2022 © ADAGP 2022

Franck Gérard, Drôles de solitudes, 2022 © Franck Gérard 2022 © ADAGP 2022

FRANCK GERARD

Né en 1972. Vit et travaille à Nantes.

À travers une observation aussi méthodique qu’hasardeuse du réel, Franck Gérard capte des situations, sans a priori ni préalable, offrant juste “ce qu’il voit”. Plus observateur qu’interventionniste, l’œil du photographe dresse, territoire après territoire, un véritable lexique où le moindre geste, la moindre situation banale ou extraordinaire, sont répertoriés comme autant d’états constituant notre quotidien.

L’œuvre pour Paris La Défense

L’artiste a investi, le temps d’une résidence de création d’un mois, l’espace de La Défense afin de capter et de restituer l’énergie toute particulière de ce quartier. Drôles de solitudes, 2022 est une série de trente photographies réalisées lors de cette résidence et présentées sur mobilier urbain en deux endroits du parcours.

Drôles de solitudes, 2022
Impressions numériques sur papier dos blanc

7. ABRAHAM POINCHEVAL - Le chevalier errant, l’homme sans ici, 2022

Abraham Poincheval, Le chevalier errant, l’homme sans ici, 2018 © A. Mole - Courtesy de l’artiste et de Semiose, Paris © ADAGP 2022

Abraham Poincheval, Le chevalier errant, l’homme sans ici, 2018 © A. Mole - Courtesy de l’artiste et de Semiose, Paris © ADAGP 2022

ABRAHAM POINCHEVAL

Né en 1972. Vit et travaille à Marseille.

Abraham Poincheval est un explorateur insatiable. Qu'il s'agisse de traverser les Alpes en poussant une capsule qui lui sert d'abri ou de s'enfermer une semaine dans un rocher, ses expéditions nécessitent un engagement total du corps. Les sculptures que l'artiste conçoit sont l'enveloppe qui accueille le performeur, l'objet qui perturbe le paysage et qui existe à travers les récits des témoins.

L’œuvre pour Paris La Défense

Une armure de chevalier sortie de nulle part, évoquant une ancienne performance de l’artiste, entreprend un périple statique au milieu de l’esplanade de La Défense. Une nature métallique envahit la sculpture, tel le début d’une métamorphose. Figure du guerrier anachronique et décalée, elle devient l’allégorie même de La Défense du Vivant.

Le chevalier errant, l’homme sans ici, 2022
Acier inoxydable et aluminium

8. COLOCO - Jardin faisant, 2022

Coloco, Projet pour Les Extatiques 2022 © Coloco

Coloco, Projet pour Les Extatiques 2022 © Coloco

LE COLLECTIF COLOCO

Coloco est un atelier de création multidisciplinaire autour du paysage et de la ville, centré sur le vivant. Il réunit paysagistes, urbanistes, botanistes, jardiniers et artistes en un atelier des « paysages contemporains ». Coloco réalise des jardins et pilote des projets d’aménagement du territoire pour des acteurs publics et privés, sur des échelles spatiales et temporelles très variées, en milieu rural et en milieu urbain, en France et dans le monde.

L’œuvre pour Paris La Défense

Le collectif Coloco propose de faire émerger du sol de l’esplanade de La Défense un jardin éphémère au milieu des dalles, intitulé Jardin faisant, véritable explosion végétale par soulèvement pour permettre l’observation d’une végétation allant du sauvage à l’horticole. En réunissant des végétaux sauvages, comestibles et ornementaux, les artistes paysagistes nous rappellent que nous sommes dépendants du vivant. Ici le jardin est en escale puisqu’il voyagera ensuite vers son atterrissage définitif : cette profusion végétale sera installée aux Tours Nuages de Nanterre à l’issue des Extatiques pour composer un jardin étroitement pensé avec ses habitants.

Jardin Faisant, 2022
Botanique et jardinage

9. GLORIA FRIEDMANN - Les Ancêtres du Futur

Gloria Friedmann, Le Voyageur, 2013, Fondation Maeght, Courtesy Gloria Friedmann © ADAGP 2022

Gloria Friedmann, Le Voyageur, 2013, Fondation Maeght, Courtesy Gloria Friedmann © ADAGP 2022

GLORIA FRIEDMANN

Née en 1950. Vit et travaille à Aignay-le-Duc.

Artiste autodidacte et engagée, militante écologiste, principalement sculptrice, Gloria Friedmann déploie une énergie expérimentale dans des pratiques aussi différentes que la peinture, l’installation, la photographie, la performance ou la vidéo. Elle interroge avec délicatesse le monde et la vie en évoquant des problématiques d’ordre écologique, telles que la disparition de notre écosystème et la fragilité du vivant. Elle met en scène les rapports qu’entretiennent les hommes avec leur époque et, plus généralement, l’espèce humaine avec son univers naturel.

L’œuvre pour Paris La Défense

Produite pour Les Extatiques 2022, la sculpture Les Ancêtres du Futur présente une figure humaine soutenue et couronnée par le règne animal. Cette œuvre, qui rejoue les codes allégoriques de la statuaire classique, est une ode à La Défense du Vivant, présentée en écho à la sculpture éponyme de Louis-Ernest Barrias, La Défense de Paris, toute proche.

Les Ancêtres du Futur, 2022
Résine, terre, acier, peinture, vernis

Revenir en haut