Rendez-vous sur le site de Paris la Défense Arena

Volumes Résiduels Centraux

  • Commerces
  • Equipements
  • Espaces publics
  • En étude

En bref

Maître d’ouvrage et investisseur : Paris La Défense
Architecte (mandataire) : Baukunst
Techniques Fluides & Economie : Setec
Stabilité : Greisch
Programmation : Attitudes Urbaines
Urbanisme : AWP
Design & acoustique : Studio DAP
Concepteur lumière : Licht Kunst Licht

Surface : 20 000 m²
Emplacement : Axe de La Défense / Esplanade (La Défense)
Livraison du projet pilote : 2022

Historiquement, la dalle de Paris La Défense a été conçue pour séparer les fonctions à destination des usagers du quartier de celles à vocation techniques ou logistiques. Ainsi, plusieurs dizaines de milliers de m² en sous-sol sont inexploités, représentant :

  • 350 m de long,
  • 13 à 70 m de large,
  • 110 000 m3,
  • des hauteurs variables entre 2,5 et 12 m.

Les 4 espaces concernés :
La Cathédrale : 5 000 m² / Hauteur Sous Plafond (HSP) : 6 m à 11 m
L’Atelier Moretti : 2 240 m² / HSP : 4 m à 12 m
Le FNAC : 4 480 m² / HSP : 2,5 m à 10 m
Les Bassins : 4 600 m² / HSP : 7 m

Volume sous dalle

Paris La Défense a donc décidé de lancer un dialogue compétitif d’architectes internationaux pour imaginer ce que deviendront les 20 000 m² localisés sous l’esplanade, dont l’emblématique espace « Cathédrale » de plus de 5 000 m², avec pour objectif de créer de nouveaux lieux de vie uniques à l’échelle de l’Île-de-France. La proposition de l’agence belge d’architecture Baukunst a été retenue en mars 2020. Elle se décline de manière progressive, à la fois dans le temps et dans l’espace. Si le projet a été pensé de manière globale, la complexité des infrastructures oblige en revanche à procéder pas à pas. Ainsi, une première phase, le projet pilote, concernera la valorisation de l’Atelier Moretti et d’une partie de la Cathédrale avec un objectif de livraison en fin d’année 2021. Ce projet pilote préfigurera le reste, avec la valorisation des autres volumes à une échéance plus lointaine.

Continuité et porosité, les deux « fils d’Ariane » du projet
Pour élaborer le socle d’une programmation en mouvement permanent, l’agence Baukunst suit deux axes complémentaires :

  • la création d’une continuité entre les différents espaces aujourd’hui compartimentés,
  • l’optimisation de la ≪ porosité ≫ existante entre la dalle et les niveaux inférieurs.
Volume sous dalle

Volumes sous dalle - Projet de volumes résiduels © Baukunst

La concrétisation de ces principes passe par deux réalisations majeures dans le cadre du projet pilote :

  • une promenade publique évoquant les passages parisiens. Colonne vertébrale du projet, ce cheminement permettra de distribuer les volumes successifs et de rejoindre la place Basse,
  • une passerelle monumentale en forme d’anneau ≪ flottant ≫ au-dessus de la Place de la Statue. Entrée principale vers les volumes, elle sera accompagnée par un traitement paysager qualitatif. Des jardins intérieurs et des biotopes seront relies aux espaces verts de la dalle par des trémies faisant entrer la lumière naturelle à l’image d’un patio. Un oculus permettra aux piétons de l’Esplanade d’observer l’activité des espaces du dessous, et plus particulièrement d’offrir une vue sur Le Monstre, œuvre de l’artiste Raymond Moretti.
Volume sous dalle

Volumes sous dalle - Anneau © Baukunst

Les interventions viseront à décloisonner les espaces et à maximiser les porosités possibles, à moyen et long termes, avec les autres infrastructures existantes comme Cœur Transport, le Parking Centre Grande Arche ou encore la Voie des Sculpteurs. Cette vision constitue une opportunité formidable de déploiement du projet à grande échelle, permettant de créer plusieurs points d’accès et d’attirer différents acteurs.

Le projet répondra également aux enjeux de la ville de demain en termes d’écologie urbaine, puisqu’il est basé sur le réemploi d’infrastructures existantes et inamovibles. La limitation du nombre d’émergences, les articulations végétales avec la surface et les interventions minimales au sein des volumes faciliteront l’occupation des futurs concessionnaires qui pourront y développer une programmation complète grâce à un phasage étudié pour ne rien figer.

Un projet à la triple coloration des usages : arts, évènementiel, et sports
L’originalité du projet de l’agence Baukunst est d’à la fois révéler le potentiel de ces espaces oubliés tout en permettant de toujours pouvoir les réinventer. Ce qui explique pourquoi la programmation des volumes n’est pas figée, même si des perspectives se dessinent.

Vestige unique de la vie des sous-sols de La Défense dans la seconde moitié du XXème siècle, Le Monstre, œuvre de Raymond Moretti abritée dans son atelier, a préfiguré la valorisation des volumes résiduels. La dimension artistique, qui apparait comme un axe majeur de mise en scène des lieux dans la lignée de son histoire, permet d’en donner un ou plusieurs regards décalés et de rappeler son identité remarquable et fascinante. Un grand lieu d’expression évènementiel et artistique permettra de préserver l’œuvre de Raymond Moretti pour la rendre visible de tous.

Mixte et dédiée à tous les usagers du site, le projet s’ouvrira à terme également aux loisirs, avec des lieux de restauration et de bien-être de qualité, ainsi qu’aux événements et aux sports avec des installations indoor.

Volume sous dalle

Volumes sous dalle - Vue depuis Espace Moretti vers Atrium © Baukunst

Enfin, la composition d’ensemble aboutira à de nouvelles ambiances urbaines, à la fois accessibles et alternatives. Les volumes prendront la forme d’une promenade architecturale étonnante, ponctuée de jeux d’ombre et de lumière et d’expériences artistiques et évènementielles insolites. À travers ces volumes, Paris La Défense inaugurera une nouvelle perception du quartier où l’on peut travailler, mais aussi résider et sortir, y compris le soir et le week-end

Zoom sur le projet pilote
Plus qu’une simple préfiguration, le projet pilote est un acte fort qui vise à susciter un élan d’appropriation des lieux par tous les habitants et usagers de Paris La Défense et sera le point de départ d’une programmation audacieuse, expérimentale, évènementielle et évolutive, à la mesure des leurs attentes. Il concerne les volumes suivant : l’atelier Moretti et une partie de la Cathédrale.

La vie intérieure des volumes sera signalée par l’Anneau, le pavillon Agam et les émergences techniques du projet, donnant une dimension nouvelle au paysage composite de la dalle. Une promenade serpentera d’un site à l’autre et permettra d’accéder aux impressionnants volumes de la Cathédrale et de l’Atelier Moretti où le Monstre semble attendre ses visiteurs.

  • Avec le jardin qu’il domine, l’Anneau est à la fois le signal du projet et l’accès principal des « espaces oubliés » de Paris La Défense. Il combinera un site panoramique, l’animation de la vie en surface, l’arrivée de la lumière naturelle dans la Cathédrale et l’accès des personnes… Depuis ce belvédère en apesanteur dont la taille impressionnante sera à l’échelle des volumes intérieurs, les piétons emprunteront un ascenseur, un escalier monumental et un double escalator. Des plantes suspendues accompagneront leur descente, révélant l’ampleur des volumes.
Volume sous dalle

Volumes sous dalle - La Traverse 2020 © Baukunst

  • Ponctuée de chambres paysagères en contact avec la surface, la promenade souterraine serpentera au cœur des infrastructures jusqu’à un escalier temporaire. Préfiguration d’une déambulation plus complète entre la place de la Statue et Cœur Transport, elle permettra, dès la phase pilote, de découvrir la mémoire et l’esprit des lieux.

  • Visibles depuis la promenade et accessible par une émergence, le caveau du Monstre et l’Atelier révèleront tout l’imaginaire d’un quartier qui se redécouvre. Leur rôle sera particulièrement important en phase de préfiguration pour orienter la programmation des futurs concessionnaires.

Volume sous dalle

Volumes sous dalle - Cathédrale 2020 © Baukunst

  • Mise en lumière, la Cathédrale pourra elle aussi être admirée depuis la promenade. Accessible à un nombre limité de personnes dans un premier temps, elle se prêtera à des expériences artistiques temporaires dans la perspective de développements futurs.

  • Le pavillon Agam fera écho à la fontaine et aux espaces verts de la dalle. Ce bâtiment assurera une fonction technique. Sa partie supérieure pourra être surmontée d’un écran d’information ou d’un dispositif artistique illustrant les activités des volumes résiduels.

Phasage du projet pilote
Les actions architecturales techniques, fonctionnelles, juridiques ou financières seront conduites pas à pas, préservant toujours de larges possibilités d’évolution.

  • D’ici fin 2021, début 2022 : viabilisation des espaces pour les rendre accessibles et « utilisables ». Limitées, dans un premier temps, à l’Atelier et à une partie de la Cathédrale, les interventions liées aux usages et à la programmation seront progressives.
  • La viabilisation des autres volumes et le développement des activités futures se feront à plus long terme.

Financement du projet
Les premières manifestations et activités artistiques et évènementielles viseront à révéler le potentiel d’occupation de chacun des volumes résiduels. Cette démarche peu orthodoxe illustre la volonté de l’établissement de développer le quartier autrement. Paris La Défense va investir 20 millions d’Euros dans ce projet et être un acteur de la programmation commerciale des espaces. C’est un tournant dans l’histoire de l’aménagement du territoire : l’établissement ne se contentera pas de vendre des surfaces constructibles, mais sera l’investisseur et le promoteur de ces espaces répondant à des demandes futures et à une évolution du marché, en termes d’usage notamment, en soutenant ainsi l’économie par la mobilisation de nombreux acteurs de la construction et du bâtiment.